"רומא": הוליווד חוסמת נגד נטפליקס

[Social_share_button]

Est-ce que « Roma » a payé son choix d’être financé par Netflix ? C’est la question qui se pose au lendemain des Oscars. Le film d’Alfonso Cuarón ne repart certes pas les mains vides de la cérémonie, loin s’en faut (il obtient le meilleur réalisateur, la meilleure cinématographie, le meilleur film étranger), mais la récompense suprême, celle de meilleur film, lui échappe.

C’est une surprise car dans la liste des films nommés, « Roma » apparaissait pour beaucoup comme le vainqueur le plus logique et il avait, en tout cas, la meilleure dynamique derrière lui. En plus de plaire au public, il a notamment remporté un succès critique supérieur à celui de « Green Book », le vainqueur de la catégorie meilleur film, ou à celui de « Bohemian Rhapsody », qui a remporté dimanche soir le plus d’Oscars (quatre en tout). Les sites Metacritic et Rotten Tomatoes en attestent.

Hollywood a perdu sa pertinence

Y a-t-il eu une volonté délibérée d’écarter Netflix du prix le plus prestigieux ? Impossible à dire, d’autant plus que les professionnels ont tous voté à bulletins secrets. Le système de vote préférentiel, mis en place en 2009, et redistribuant les deuxième ou troisième choix des votants pour s’assurer que le film couronné est apprécié par le plus de votants possibles, complique également la donne.

Une chose est sûre, le service de vidéo à la demande Netflix bouscule Hollywood, son écosystème et ses méthodes de travail comme jamais. Le magnat Barry Diller ne vient-il pas de dire dans une interview à Recode Decode qu’Hollywood « avait perdu toute pertinence » face à Netflix ?

Pour lui, les six majors américaines du cinéma n’ont plus la capacité, comme autrefois, de racheter les studios qui émergent et donc de dominer le paysage des médias. Et même Disney va, selon lui, seulement devenir un acteur « okay » dans le streaming avec son Disney+, « Netflix ayant déjà gagné la partie étant donné le nombre d’abonnés [déjà conquis] ».

Des blockbusters hollywoodiens récompensés

Dans ce contexte, l’Oscar donné à « Green Book » d’Universal ne peut que faire du bien au vieil Hollywood. Comme le remarque « Variety », cXCHARXest la première fois que le studio, devenu filiale de Comcast, remporte cette récompense depuis 2001 et, depuis lors, le grand studio reparti vainqueur dans cette catégorie est Warner (trois fois), le cinéma indépendant s’étant imposé. Cette année, davantage de blockbusters hollywoodiens ont d’ailleurs été récompensés, comme « Black Panther » (Disney), « Bohemian Rhapsody » (Fox) ou « A Star Is Born » (Warner).

Bien sûr, une des critiques que Netflix a dû affronter le plus souvent de la part de l’industrie est l’absence de vraie sortie en salles pour « Roma ». John Fithian, le président de la National Association of Theatre Owners, le lobby des salles, a estimé que la sortie organisée dans quelques salles par le groupe n’était « qu’un petit geste » לשפוך « obtenir des récompenses ».

En tout cas, et quelle que soit l’opinion de chacun sur le fait que Netflix soutient la création cinématographique ou lui dérobe ses meilleurs talents une fois qu’ils sont établis, le service de ריד הייסטינגס ne s’avoue pas vaincu par l’Académie des Oscars. Pendant la cérémonie, il a en effet envoyé un « teaser » pour « The Irishman », son film réunissant Martin Scorcese et Robert de Niro.

ניקולה מדליין

מאמר זה הופיע לראשונה https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0600771717480-roma-hollywood-fait-bloc-contre-netflix-2247597.php