מטרופול, מלון הידוע בכוכבים שנבנה על ידי צרפתים בהאנוי

[Social_share_button]

Pour leur deuxième sommet, huit mois après leur première rencontre à Singapour, le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un avaient choisi Hanoï, au Vietnam. Leur second tête-à-tête s’est déroulé ce mardi au Sofitel Legend Metropole, un hôtel de luxe de la capitale où les deux dirigeants ont ensuite dîné… et dont les tapis ont vu passer nombre de célébrités.

L’histoire du Sofitel Legend Metropole, hôtel cinq étoiles, est notamment liée à celle de l’Hexagone et… d’Hollywood.

Marqué par la guerre du Vietnam

En 1901, alors que le Vietnam est une colonie française, deux investisseurs français, l’homme d’affaires André Ducamp et Gustave-Émile Dumoutier, responsable de l’éducation dans le protectorat du Tonkin, font construire à Hanoï cet hôtel baptisé le Métropole. L’architecture est de style colonial : façade blanche, volets verts, fenêtres entourées de fer forgé, lambris… se déploient devant un grand jardin.

Photo © David Dinh, photographe, avec l'aimable autorisation de Sofitel
Photo © David Dinh, photographe, avec l’aimable autorisation de Sofitel

Après la déclaration d’indépendance du Vietnam proclamée par Hô Chi Minh, lequel voit dans le Métropole un symbole de la colonisation, l’établissement échappe à la destruction. Brièvement renommé Thong Nhat (“réunification”) dans les années 50, l’hôtel accueille à la demande du gouvernement pendant les guerres d’Indochine puis du Vietnam les invités de marque, mais aussi la presse et les diplomates étrangers.

Dans les décennies qui suivent, l’hôtel, laissé à l’abandon, se détériore. Jusqu’à ce qu’en 1987, le gouvernement vietnamien décide de le restaurer. Racheté par la chaîne Pullman Hotel, l’établissement rouvre ses portes en 1992 sous le nom d’hôtel Pullman Metropole. Un agrandissement, l’aile Opera est ajouté au bâtiment historique. Une nouvelle phase de travaux est menée et s’achève en 2008 : l’hôtel est géré depuis 1991 par Sofitel. Il est rebaptisé Sofitel Metropole Legend Hanoi.

Des traces de la guerre

Au fil des siècles, l’histoire a laissé sa trace dans l’établissement. En 2011, un bunker situé dans l’hôtel, utilisé lors des raids aériens pendant la guerre du Vietnam, puis fermé et scellé à la fin du conflit, a été redécouvert à l’occasion de la rénovation du Bamboo Bar, le bar en terrasse situé au bord de la piscine.

Le lieu, construit au milieu des années 60, a été rouvert au public en mai 2012 et transformé en mémorial, que les clients de l’hôtel ont désormais la possibilité exclusive de visiter.

Le Bamboo Bar. Photo © Steve Teoh, photographe, avec l'aimable autorisation de Sofitel
Le Bamboo Bar. Photo © Steve Teoh, photographe, avec l’aimable autorisation de Sofitel

במספרים

– Le Sofitel Metropole Legend accueille 364 chambres et suites, réparties sur deux ailes.

– Il comporte trois restaurants (cuisine italienne, française et vietnamienne) et quatre bars.

– On y trouve aussi une épicerie, des salles de réception, un spa, une piscine, une galerie marchande…

Un refuge pour les “people”

Le Métropole est intimement lié au monde de la culture : c’est le premier endroit en Indochine où sont projetés des films. Dans les années 20, l’écrivain britannique William Somerset Maugham y écrit “The Gentleman in the Parlour”. Son compatriote Graham Greene y commence la rédaction de son roman “Un Américain bien tranquille” (publié en 1955).

L’acteur Charlie Chaplin a séjourné à plusieurs reprises dans cet hôtel, notamment lors de sa lune de miel en 1936, après son mariage secret en Extrême-Orient avec l’actrice américaine d’origine suisse Paulette Goddard, qu’il avait engagée pour “Les Temps Modernes”.

Pendant la guerre, les correspondants de presse déjeunent au Beaulieu, le restaurant français du Métropole, rapporte L’Express.

En juin 1972, l’actrice et militante Jane Fonda passe deux semaines à l’hôtel, durant un séjour au Vietnam où elle rencontre les troupes nord-vietnamiennes qui combattent les troupes du sud soutenues par les Américains. Il est dit que la chanteuse Joan Baez, réfugiée à Noël 1972 dans le bunker de l’hôtel, y a composé en partie “Where Are You Now, My Son ?”, titre dans lequel on peut entendre en toile de fond le son des raids aériens, indique CNN.

L’acteur Roger Moore, le réalisateur Oliver Stone, le physicien Stephen Hawking, le Rolling Stones Mick Jagger, l’actrice Catherine Deneuve, font partie des nombreuses célébrités à avoir fréquenté l’hôtel, à l’instar de l’ex-couple hollywoodien formé par Angelina Jolie et Brad Pitt.

“Quand les célébrités viennent ici, certains journalistes offrent entre 2 000 et 5 000 dollars à l’équipe pour prendre une photo de ces stars, mais cela n’est jamais arrivé. Cela montre qu’on sait de longue tradition, ici au Metropole, garder les secrets mais aussi comment traiter les invités VIP”, expliquait à Reuters Nguyen Dinh Thanh, ancien directeur du marketing de l’établissement.

Nombreux sont aussi les chefs d’État et Premiers ministres ayant résidé à l’hôtel, venus des États-Unis, de France, de Malaisie, du Japon, du Canada, d’Australie… Sans compter le prince de Monaco. D’ailleurs, avant sa rencontre avec Kim Jong Un, Donald Trump avait déjà séjourné au Sofitel Legend Metropole, pourtant difficile à sécuriser de par sa position en plein centre-ville, à l’occasion d’un séjour à Hanoi en 2017.

Le Sofitel Legend Metropole d'Hanoi actuellement. Photo © Vichai Kiatamornvong, photographe, avec l'aimable autorisation de Sofitel
Le Sofitel Legend Metropole d’Hanoi actuellement. Photo © Vichai Kiatamornvong, photographe, avec l’aimable autorisation de Sofitel

מאמר זה הופיע לראשונה https://www.leprogres.fr/france-monde/2019/02/27/sommet-trump-kim-un-hotel-connu-des-stars-construit-par-des-francais